Accueil / Article / Exigences d’étanchéité à l’air

Exigences d’étanchéité à l’air

L’étanchéité à l’air est une des exigences pour atteindre le standard Minergie P et maisons passives. En hiver, un bâtiment avec une mauvaise étanchéité, l’air chaud intérieur partira vers l’extérieur et l’air froid extérieur rentrera vers l’intérieur, dans ce cas les déperditions augmenterons.

L’indicateur n50, est un indicateur qui exprime cette fuite d’air (étanchéité).

Définition de n50 :

n50 exprime le taux de renouvellement d’air pour une différence de 50 Pa de pression ou de dépression entre l’intérieur et l’extérieur. Pour vous donner une idée, on pourrait dire que 50 Pascals représentent la force du vent soufflant à 30 km/h, ce qui est une toute petite différence de pression. Si on prend n50=1, cela signifie que le volume d’air est renouvelé toute les heures.

Ce qui est important de retenir est que l’étanchéité à l’air a une influence sur le besoin de chauffage et sur la puissance de chauffe. Plus la valeur du n50 est haute, plus le besoin en chauffage accroît. La valeur n50 est d’ailleurs pris en compte dans la norme 384.201 pour le calcul des déperditions.

Test d’infiltrométrie :

C’est un test qui consiste à contrôler l’étanchéité à l’air. Pour s’assurer que le bâtiment est belle et bien étanche à l’air, on effectue ce test quant le bâtiment est en cours de réalisation, afin de pouvoir corriger encore à temps les endroits ou l’on détecte les fuites. Ce test s’effectue à l’aide d’une porte soufflante et un ventilateur. Avant d’effectuer le test, toutes les ouvertures techniques doivent être bouchées. Une fois le bâtiment mis en pression ou dépression, les fuites sont détectés à l’aide d’un anémomètre ou une petite pompe à fumée.

Selon la norme SIA 180 :

c’est dans l’article 3.1.4 on l’on trouve les exigences quant à l’étanchéité des bâtiments.

Les bâtiments équipés de ventilation mécanique à double flux doivent respecter les valeurs cibles.

Je vous recommence vivement de lire le chapitre 3.3.2 de la SIA 180 référant aux exigence sur l’enveloppe du bâtiment et le rôle d’étanchéité à l’air.

L’exigence d’étanchéité de l’enveloppe s’applique à tous les bâtiments construits en Suisse, cependant la mesure d’étanchéité d’un bâtiment au moyen du test Blower-Door reste volontaire. Si un bâtiment est reconnu avec les normes de constructions Minergie, Minergie-P ou maison passive, alors il y aura des exigences particulières plus strictes et en partie aussi la révision de l’étanchéité à l’air (mesure Blower Door) qui sera prescrite.

Exigences Minergie, Minergie-P et maisons passives :

Source : https://www.isover.ch/fr/etancheite-lair/etancheite-lair/exigences-minimales-detancheite-lair

En présence de ces standards de construction, des exigences, qui vont au-delà de celles de la norme SIA 180, sont en vigueur. Contrairement à la norme SIA 180, lors de constructions passives ou Minergie la valeur limite n50 sera utilisée. Il s’agit ici d’un taux de changement d’air normalisé sur un facteur de forme 0.80, à une différence de pression de 50 Pascal. La valeur n50 utilisée dans la plupart des normes européennes est dépendante du volume et a donc été adaptée en ce sens par l’association Minergie pour répondre à ses exigences, afin que le résultat de la mesure soit comparable si possible pour toutes les formes et grandeurs de bâtiment.

tableau comparatif Isover

La directive de test est disponible sur le site internet de l’association Minergie (telechargeable ici).

Mode de travail :

Dans mes projets, il m’arrive très souvent d’aider les architectes à détecter les problèmes d’étanchéité à l’aide du BIM. La modélisation facilite la visualisation de discontinuités des éléments pour résoudre certaines questions, je peut par exemple aiguiller les architectes à décider si certains locaux doivent être dans les zones étanches. Dans un travail collaboratif, avec le BIM, en modélisant l’enveloppe étanche, tout les corps de métier peuvent consulter le model que j’élabore afin de ne pas créer de rupture dans celle-ci. Cette représentation est un contrôle graphique, que j’élabore en collaboration avec l’architecte et par la suite consultable par les intervenants. Avec ce travail en amont, l’enveloppe sera moins onéreuse et plusieurs problèmes liés à d’étanchéité pourrons être évités.

Model BIM avec séparation des zones étanches (projet personnel)

Lors de réunions de coordination avec l’architecte, et l’entreprise générale, le BIM me permet aussi d’identifier les éléments singuliers à traiter afin d’augmenter l’étanchéité à l’air du bâtiment. Seul un travail collaboratif permet d’atteindre les exigences des divers normes.

Grâce au test d’étanchéité à l’air et à l’aide du BIM, la gestion de l’étanchéité peut être simplifiée, accélérée et moins onéreuse.

Liens utiles :

A propos Admin

Voir aussi

Labellisations du bâtiment passif

Pour s’assurer d’atteindre l’optimum énergétique, vous pouvez, en tant que maître d’ouvrage, faire vérifier votre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *