Accueil / Article / Relevés et prises de mesures adéquates d’une chaufferie existante

Relevés et prises de mesures adéquates d’une chaufferie existante

Les divers métiers de la technique du bâtiment nous emmènent souvent à réaliser des relevés divers afin de reproduire numériquement le ou les éléments à étudier (chaufferies, bâtiments existants, chantiers, etc …).

Les chaufferies sont des locaux plus complexes qu’ils n’y paressent pour en faire un relevé, mais avec une bonne méthode et les outils adéquats cette tâche ne s’avère pas si compliquée que cela.

Dans cet article, je vous décrit ma façon de faire et de procéder pour réaliser des relevés avec la meilleure précision possible, sans pour autant faire un travail d’horloger. Dans mon exemple je vous explique comment procéder et préparer des prises de mesures d’une chaufferie servant ensuite pour élaborer un modèle 3D à l’aide d’un logiciel de modélisation (Revit, Plancal Nova, Archicad, etc).

Les mesures d’une longueur, d’un diamètre ou d’un périmètre ne se font pas de la même manière ou avec les même outils. Voila une liste de quelques outils que je peux prendre quant je suis emmener à faire des relevés de chaufferies :

  • Le mètre ruban: facile à transporter celui-ci permet de mesurer les surfaces courbes. Pratique pour déterminer la section d’un chauffe-eau, ou le diamètre d’une conduite : il suffit de mesurer le périmètre de l’élément et ensuite de calculer le diamètre en ayant recours aux formules mathématiques de base, P=2*pi*R et, D=2R. Si la conduite est isolée, alors mesurer le périmètre du pourtour isolé et calculer le diamètre. Puis à l’aide d’un clou ou d’une aiguille, perforer l’isolation jusqu’à atteindre l’acier de la conduite et mesurer l’enfoncement du clou. Au diamètre de la conduite isolée obtenu soustraire deux fois la mesure de l’enfoncement du clou. J’obtiens ainsi le diamètre de la conduite sans isolation.

mètre ruban

le mètre ruban

  • Le réglet : petit, simple et efficace permet de mesurer au millimètre prés ou encore tracer un trait droit. Avec le réglet, je peux aussi vérifier l’affleurement dans le cadre de la pose d’un collecteur au sol par exemple.
le reglet
le réglet
  • Le niveau à bulle (j’utilise le natel) : à l’aide d’une règle, je pose le natel sur celle-ci pour vérifier si une surface est droite.
le niveau à bulle
le niveau à bulle
  • Le télémètre laser : toujours avec moi quant je part prendre des distances. Avec une précision au millimètre, je l’utilise pour mesurer de longues distances sans avoir besoin de dérouler le mètre ruban, les hauteurs de vide d’étage ou encore les surfaces des bâtiments ou des pièces intérieures.
le télémètre laser
le télémètre laser
  • Du papier, un crayon et stylos de couleurs : lorsque je mesure une chaufferie par exemple, je prend note de toutes les distances mesurés avec plusieurs points de repaires. J’utilise aussi les crayons de couleurs pour différencier les éléments, par exemple le rouge pour les tuyaux d’eau chaude, le bleu pour les tuyaux d’eau froide, le vert pour les éléments sanitaire, le crayon pour les murs, portes etc … Evidemment si le client me fournit le plan de la chaufferie, alors je le prend avec moi en 2 ou 3 exemplaires, afin de noter directement dessus. Lorsque vous mesurez les 4 cotés des murs ceux-ci peuvent ne pas être droits et vous vous retrouvez face a une énigme une fois rentré au bureau et que vous essayez de modéliser, une astuce consiste à mesurer les diagonales en plus des 4 cotés.
stylo bic 4 couleurs
stylo bic 4 couleurs
  • Un appareil photo/vidéo ou natel : pour prendre des photos et des vidéos, j’utilise toujours mon natel pour ne pas m’encombrer avec un appareil photo. Au fur et à mesure que je prend les photos, j’indique sur le papier de relevé les photos prises avec une numérotation croissante. A la fin je fais toujours une vidéo de l’installation visitée en y ajoutant des commentaires vocales (par exemple je filme une pompe dans une chaufferie en commentant qu’il s’agit d’une pompe de marque “x” et de modèle “y” en passant ainsi tous les éléments nécessaires dans la chaufferie). Plus tard, la vidéo se révèle être très utile (voir fondamentale) pour me situer dans l’espace de la chaufferie et effectuer ainsi une modélisation très précise, sans avoir besoin d’y retourner au cas ou j’aurai oublié comment un élément est situé dans l’espace . Il existe des modules de thermographie que l’on peut ajouter au natel pour identifier par exemple les déperditions, les tuyauteries chaudes, les fuites d’eau dans les boucles de chauffage, les ponts thermiques, etc ..
natel avec module de thermographie
natel avec module de thermographie
  • Le pied à coulisse : avec une précision au dixième de millimètre. Personnellement je ne l’utilise pas.
pied à coulisse
pied à coulisse

Avec le BIM, on peut actuellement utiliser un scanner 3D qui est un appareil qui analyse les objets et leur environnement proche pour recueillir des informations précises sur leur forme et leur apparence avec une haute précision.

Le scanner 3D fera l’objet d’un de mes prochains articles.

scanner 3D
scanner 3D

Une fois rentré au bureau, je rassemble tous les éléments, croquis, photos et vidéos pour modéliser dans un premier temps les éléments structurels de la chaufferie : murs, escaliers, portes, dalles.

Ensuite je représente ces éléments en commençant par les plus volumineux selon les mesures relevés : chaudière, chauffes-eaux, casse-pression, etc. Pour certains éléments, je télécharge directement l’objet BIM dans le site du fournisseur selon la marque et le modèle et j’obtiens ainsi l’objet avec les mesures correctes. Viennent ensuite les conduites, les gaines, les tableaux électriques et les éléments plus petits tel que les vannes, pompes, etc …

Au fur et à mesure que je modélise, je visualise les vidéos pour confirmer que je suis juste dans la représentation spatiale.

Une fois cette tâche de modélisation abouti, j’analyse le modèle afin de comprendre le fonctionnement du système hydraulique et sa régulation, que je transcris élaborant ainsi une analyse fonctionnel.

Vient ensuite une étude de rénovation de la chaufferie en fonction de la demande du client. Finalement plusieurs variantes peuvent être proposés au client : la plus économique, la plus écologique (CO2), la moins énergivore, etc … Vient avec cette analyse le coût de la rénovation et le temps d’amortissement sur x années.

En attendant vos commentaires 🙂

Lors de relevés on peut aussi utiliser les outils suivants (ajouté d’après les commentaires) :

  • Le circométre :  ressemble à une règle souple ou un réglet, s’enroule tel un ruban autour d’un contour cylindrique, tube ou toute forme arrondie, pour mesurer les diamètres ou circonférences intérieurs ou extérieurs, ainsi que la longueur.

le circométre

  • Le mesureur d’angles :  comme son nom l’indique sert a mesurer les angles (des tuyaux, des gaines, murs, etc…). La plupart de ces mesureurs permettent de tirer des mesures tel comme les réglets ou peuvent détenir un niveau à bulle intégré.

le mesureur d’angles

A propos lacademi

Voir aussi

Labellisations du bâtiment passif

Pour s’assurer d’atteindre l’optimum énergétique, vous pouvez, en tant que maître d’ouvrage, faire vérifier votre …

3 commentaires

  1. Bonjour

    en outil très pratique pour les relevés il manque le circomètre, c’est un ruban a bande qui donne direct les diamètres de tuyaux et aussi un mesureur d’angle (pour les murs) équerre modulable (affichage digitale)

    bref tout ça est au placard maintenant j’utilise un scanner 3D pour les relevés 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *